L’usurpation d’identité

Une usurpation d’identité passe souvent par l’obtention par le fraudeur d’un document d’identité au nom de sa victime. Pour cela toutes les techniques de fraude documentaire sont employées.

L’usurpateur utilise ensuite ce document pour effectuer une ou plusieurs transactions en simulant l’identité de la personne fraudée.

Par exemple, le fraudeur peut :

  • ouvrir un compte bancaire et contracter des crédits dont il n’aura pas à assumer le remboursement ;
  • ouvrir des lignes téléphoniques et ne jamais payer les communications ;
  • retirer de l’argent du compte en banque de sa victime ;
  • prétendre être titulaire des mêmes diplômes et qualifications que sa victime ;
  • épouser une personne, avoir des enfants sans en assumer les responsabilités ;
  • toucher des indemnités en lieu et place du titulaire réel (retraite, allocations sociales, etc) ;
  • rouler avec l’immatriculation d’un véhicule de même type et ne pas payer les amendes liées aux infractions au code de la route ;
  • dissimuler sa responsabilité pénale ;
  • ne pas assumer les actes de la vie courante en se dé-responsabilisant ;
  • etc.

Le coût financier de l’usurpation d’identité

Les experts se déchirent sur l’évaluation du coût exact de la fraude par usurpation d’identité, il n’en reste pas moins que ce coût se chiffre au niveau mondial en dizaines de milliards de dollars par an. Selon le Département de Justice des États-Unis l’usurpation d’identité a affecté 17,6M de personnes aux États-Unis en 2014 pour un coût global de 15,4M de dollars (Victims Of Identity Theft, 2014). Le Royaume-Unis, l’Australie, etc. rapportent de leur côté des estimations de coût de l’ordre de 1 à 2 M de $ par an.

Le coût humain de l’usurpation d’identité

Le coût humain pour les victimes d’usurpation d’identité peut être énorme. Dans un cas devenu célèbre, Michelle Brown, une victime d’usurpation d’identité a témoigné devant le Sénat des États-Unis : « Pendant un an et demi, de janvier 1998 à juillet 1999, une personne s’est faite passer pour moi et a obtenu pour plus de 50.000$ de biens et services. Elle a non seulement nuit à mon crédit, mais aussi été jusqu’à utiliser mon identité pour couvrir son activité de trafic de stupéfiant. Elle a été poursuivie, arrêtée, condamnée et emprisonnée à la Prison Fédérale de Chicago sous mon identité. »(Verbal Testimony by Michelle Brown)